La banque qui vous fait aimer Rhône Alpes
Menu
Economie & innovation

Le Feuillet, ou la maroquinerie sans concessions

29 avril 2016
Maroquinerie Le Feuillet Maroquinerie Le Feuillet
Le Feuillet est une marque de maroquinerie inspirée de l’esthétisme urbain, créée par deux frères passionnés. Retour sur un projet d’entreprise audacieux.

Le projet d’entreprise Le Feuillet concrétise le rêve des frères Dahan : Ylan (25 ans), le créatif, et Davy (33 ans), le pragmatique. En janvier 2015, ils créent Le Feuillet, une marque de maroquinerie qui se veut l’emblème de l’homme moderne et de son quotidien urbain. Son produit phare ? Une pochette à main à l’esthétique intuitive, moderne et intemporelle.

« Une maroquinerie masculine, affranchie des codes classiques. »

Tout a commencé avec une pochette à main. Motivé par l’amour des produits de qualité, de la mode et de la finesse, Ylan crée en 2014 un produit intuitif. Une pochette à main à l’esthétique intemporelle, inspirée du milieu urbain moderne et de son design minimaliste.

Dans les créations d’Ylan, le beau se marie à l’utile. Chaque produit a une praticité, un usage précis. « C’est la passion de l’objet qui nous anime. On sort de la maroquinerie de papa : on fait de la maroquinerie moderne, on propose des lignes différentes. C’est une maroquinerie masculine et affranchie des codes classiques », explique Davy.

Chez Le Feuillet, on développe un produit sans concessions « La qualité intérieure est la même qu’à l’extérieur. Du choix des matières premières aux finitions, il n’y a pas de concessions : on cherche la meilleure qualité, dans les moindres détails », explique Ylan. « Nous empruntons aux codes du design l’idée d’interaction entre l’homme et l’objet. Nous avons créé un produit pratique, intuitif. L’architecture nous inspire aussi, parce que notre pochette représente l’interaction entre l’homme urbain et son environnement. Notre univers et les lignes de nos produits s’inspirent du minimalisme, des jeux de matières ».

« Nos produits sont faits pour durer, comme un bâtiment. Et de la même façon que l’architecture fait corps avec son environnement, on veut que notre pochette fasse corps avec l’homme et son environnement. »

Dispositifs « START » et « UP » : tester et développer son idée

« Le projet Le Feuillet illustre parfaitement tout ce que l’on fait en matière d’accompagnement et d’entreprenariat. Nous avons détecté ce projet via le dispositif ‘START’, une première phase de sensibilisation incarnée par le concours JM Entreprendre. Le Feuillet a ensuite bénéficié du dispositif UP, une deuxième phase d’accompagnement à travers l’incubateur Jean Moulin, financé par la Caisse d’Epargne Rhône Alpes », Pierre Poizat, responsable du pôle Entreprenariat de l’Université Jean Moulin Lyon III et de l’incubateur.

D’une passion pour la maroquinerie à l’aventure entrepreneuriale

Derrière Le Feuillet, il y a 2 frères. Le cadet, Ylan, est le créatif du duo. C’est lui qui est à l’origine du projet et conçoit les premiers modèles en 2014. En 2015, Davy, le pragmatique, rejoint son petit frère pour l’épauler dans le développement de la stratégie d’entreprise.

« On a appris plein de métiers différents en deux ans. Entreprendre dans un domaine qu’on ne connait pas au départ, c’est possible. »

 

maroquinerie3_mainstory1

L’aventure Le Feuillet est née d’une passion pour la mode et la maroquinerie. Pour concrétiser son projet, Ylanse forme à la couture auprès d’artisans maroquiniers de la région, apprend les techniques de fabrication, de couture, de montage. Il étudie les propriétés du cuir et les méthodes pour façonner un produit. Pour prouver qu’« entreprendre dans un domaine qu’on ne connait pas au départ, c’est possible ».

« Aujourd’hui, Le Feuillet se développe à l’étranger. Depuis près d’un an, nous proposons aussi une activité de cadeaux d’affaires. L’évolution de notre entreprise est représentative de notre état d’esprit : on n’a pas de limites, on ne se met pas de barrières », explique Davy.

« Il faut y aller à fond, aller jusqu’au bout de ses rêves. L’audace, c’est savoir saisir chaque opportunité. »

Il était une fois Le Feuillet…

Née début 2014, créée en 2015, la marque Le Feuillet possède aujourd’hui 35 références. Ses produits sont commercialisés dans un réseau de 11 revendeurs, en France, en Suisse, au Pays-Bas, à Taïwan, sur un e-commerce américain et bientôt en Angleterre.

« On a fait d’une idée, une vraie entreprise »

Étudiant sur les bancs de l’université Jean Moulin Lyon III, Ylan a intégré l’incubateur de l’université, dont nous sommes partenaires. « Pour la construction d’un projet entrepreneurial, l’incubateur est un facilitateur. Il permet d’identifier les bons interlocuteurs, de gagner du temps. En plus de l’accompagnement personnalisé, il y a une vraie communauté autour de l’incubateur », explique Davy.

« L’incubateur vous plonge dans une dynamique d’entraide, d’émulation. Ce vivier créatif nous a permis de développer les premières phases du projet. »

C’est via l’incubateur que les 2 frères Le Feuillet rencontre la Caisse d’Epargne Rhône Alpes en 2015. Une aventure humaine au parfum audacieux « c’est la première banque qui a porté un intérêt à notre projet et au fait qu’on s’attaquait au secteur de la mode. Ce sont les seuls à nous avoir dit : ‘vous nous intéressez parce que nous soutenons les projets en local. Nous sommes prêts à prendre des risques pour vous accompagner’ », explique Davy.

« C’est une banque qui suit ses clients et qui a une vraie plus-value de conseil. Notre conseiller nous a notamment aidé à rendre notre business plus lisible sur le plan financier, à mieux le formaliser et l’expliquer. »

Créer son entreprise, c’est aussi créer son emploi

« Nous sommes partenaires de Lyon III Jean Moulin depuis 6 ans. Le concours JM Entreprendre a pour but de favoriser la création d’entreprises. Les étudiants qui ont développé leurs projets sont ensuite suivis par l’incubateur de Lyon III, grâce auquel ils multiplient leurs chances de réussir et de développer leur entreprise. Ils bénéficient ainsi de la vision d’un professionnel de la finance et de la banque, très importante à ce stade de développement d’un projet d’entreprise. Nous agissons aussi en amont pour aider les entrepreneurs à passer le cap », Pascal Desrayaud, responsable des partenariats.

 
Ylan, Davy : des projets pour la suite ? « Nos perspectives d’évolution sont presque infinies ! On s’inspire de l’évolution de l’homme dans son environnement urbain pour lui proposer des produits adaptés. Pour la suite, on voudrait aller vers du design objet, du mobilier de décoration tout en conservant notre ADN et notre matériau fétiche : le cuir ».

Pour une immersion totale dans l’univers des frères Dahan, rendez-vous sur le site internet Le Feuillet. Retrouvez aussi toutes les informations sur l’incubateur Lyon III.  

 

Cet article présente l’un des 8 projets mis en lumière dans notre rapport d'activité 2015 « 8 façons de vivre une belle aventure ! ».

Découvrez dès maintenant les autres aventures inspirantes…