La banque qui vous fait aimer Rhône Alpes
Menu
Culture & éducation

Les collégiens à la découverte de King Arthur à Genève

24 mai 2018
Les élèves du collège Jacques Prévert de Saint-Genis-Pouilly découvrent les coulisses de l’opéra avec l’ensemble Cappella Mediterranea de Leonardo García Alarcón.

23 avril 2018. 19h30. Le rideau s’ouvre sur la scène du Grand Théâtre de Genève. Les élèves de 5e du collège Jacques Prévert de Saint-Genis-Pouilly découvrent avec admiration la pré-générale King Arthur, un semi-opéra de Purcell mis en scène par Marcial Di Fonzo Bo. Dans la fosse : Leonardo García Alarcón, le créateur de l’ensemble Cappella Mediterranea. Ces deux artistes ont réussi à créer une symbiose parfaite entre les chants, le jeu des acteurs et des danseurs, et la musique. « Une musique au service du théâtre et un théâtre au service de la musique », résume le chef d’orchestre.

Pour les collégiens, cette soirée est l’aboutissement d’un travail pédagogique mené avec les musiciens de Cappella Mediterranea et leurs enseignants, dans le cadre d’une action de mécénat de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes, qui soutient également la diffusion de l’ensemble au sein des festivals baroques de la région.

La soirée vient clore 6 mois de travail ponctués de rencontres entre les élèves et les artistes, qui ont permis des échanges, des exercices de chorale, et une journée de découverte des coulisses du spectacle. Ils ont ainsi visité les ateliers de costumes et décors, lors desquels on leur a présenté les différents métiers d’un spectacle de ce type – metteur en scène, costumier, créateur des lumières… -, expliqué comment sont conçus et confectionnés les costumes et les accessoires, puis découvert le métier de régisseur.

Dominique Sibut-Bourde, enseignante d’éducation musicale au collège, se réjouit de ce partenariat : c’était « de nouveau une très belle aventure avec l’ensemble Cappella Mediterranea », témoigne-t-elle. Les yeux pétillants des élèves, comme ceux de Leonardo García Alarcón, laissent penser que le plaisir était partagé !

 

Citation de de Leonardo García Alarcón : « La poésie quotidienne n’est pas un acte naïf, qu’il faut éliminer. Les enfants, ce sont eux qui nourrissent notre art ».